Les Troubles du Sommeil selon l’Ayurveda

Par 25 juin 2019Articles

Selon l’ayurveda, le sommeil est l’un des 3 piliers de la santé avec l’alimentation et le mode de vie. La quantité de sommeil dont nous avons besoin dépend de notre constitution doshique, il est donc propre à chacun.

Les troubles du sommeil sont liés au dosha Vata, le principe de mouvement. Vata gère le système nerveux, les pensées, nos mouvements, nos cycles. Lorsque Vata dosha est perturbé, le mental va être en « excès » de mouvement et par conséquent, l’anxiété, les peurs, l’insomnie, les réveils nocturnes… vont perturber la récupération.

C’est d’ailleurs les personnes avec une dominante Vata qui ont le sommeil plus « sensibles ». Les personnes à dominante « Kapha » auront généralement un sommeil lourd et de leur côté, ce sera surtout l’Excès de sommeil qui risque de les « alourdir ». Les personnes à dominante Pitta, s’il est en Santé aura un sommeil efficace et très réparateur après une bonne nuit de 8 heures.

Le rôle de l’alimentation et notre style de vie sont des facteurs clé dans la qualité du sommeil.

Même si de nombreux facteurs favorisent les troubles du sommeil, nous sous-estimons souvent le rôle de la digestion et de nos habitudes alimentaires, qui vont perturber physiologie et psychisme.

Nous vivons les influences doshiques de façon cyclique tout au long de la journée. Le soir, entre 18h et 22h, nous sommes influencés par le dosha Kapha qui nous aide à ralentir, à aller vers plus de calme, de douceur. Cette influence naturelle nous invite à clore la journée et à aller dormir, tout comme la nature, qui se met au repos. Ensuite vient l’heure influencée par Pitta, de 22h à 2h du matin ; c’est le moment durant lequel le « feu » nous aide à « digérer » nos états émotionnels de la journée, afin de régénérer le psychisme.

Si nous ne respectons pas ces cycles naturels, et si le dîner se fait tardif, après 19h-19h30, notre métabolisme digestif va se mettre en route et consacrer son « énergie » à digérer la nourriture physique, au lieu d’être disponible pour digérer les émotions accumulées pendant la journée.

D’où l’importance, en cas de troubles du sommeil, de prendre le repas du soir tôt avant 18h30. Dans tous les cas, il sera pris au moins 2 heures avant le coucher, et une petite ballade digestive de 10 minutes sera la bienvenue !

Pour ces mêmes raisons, le dîner sera chaud et cuit, et en moindre quantité que pour le midi, car notre capacité digestive est réduite le soir. Un plat sans protéines animales (sans viande, poisson, œufs, produits laitiers) évitera d’alourdir de ralentir la digestion, ce qui favorisera un sommeil réparateur.

L’idéal du repas du soir sera : une céréale complète, des légumes cuits, des épices douces. Le chaud sera particulièrement conseillé pendant les périodes d’automne/hiver. En fonction de sa constitution ayurvédique, de son activité, de la saison… un ajustement sera nécessaire. Par exemple, une personne à dominante Pitta aura besoin d’une portion plus importante car elle a un Feu digestif plus fort et aura une meilleure capacité digestive, mais elle devra faire attention aux saveurs acide, salée et piquante. Une personne Kapha, quant à elle, aura tendance à avoir moins d’appétit, avec un feu digestif moins fort, elle pourra donc réduire les portions du soir, voire jeûner un soir par semaine. Pour pacifier Vata et le système nerveux, l’alimentation sera plutôt nourrissante, chaude, onctueuse, avec des huiles ou du ghee (beurre clarifié).

La consommation, durant la journée, de substances comme le café ou le thé est stimulante et « aggrave» les doshas Vata et Pitta, en renforçant un mental actif. L’accumulation de ces doshas durant la journée augmente l’agitation du mental au moment de dormir.

La régularité des repas dans la journée et la régularité des heures de sommeil aura aussi un impact certain sur la qualité du sommeil.

Si vous souhaitez des conseils « sur mesure », en fonction de votre constitution ayurvédique, de votre situation, vous pouvez consulter un praticien en ayurveda qui pourra personnaliser les conseils ayurvédiques. Chaque personne est considérée dans son ensemble et les protocoles sont ajustés au cas pas cas.

Article écrit par Isabelle Hernandez, Praticienne en Ayurveda